Pour commander le livre     

5ème livre de Miguel Haler, : "Joseph L'alsacien, Soldat Français de la Grande Guerre"

Résumé : Récit-Roman boulversant d'après les carnets de guerre de son grand père paternel Joseph, qui a fait la guerre de 14-18 du côté Français en tant que tireur d'élite. Il était issu d'une famille d'Alsacien originaire de Villers sur Thur, qui après la défaite de 1870, pour rester française a clandestinement traversé les Vosges pour s'établir au Valdoie, petit village à coté de Belfort, qui faisait partie alors du Haut Rhin Français.
Régiment avec lequel il a combattu :
42ème R.I, 35ème R.I, 117ème R.I, 57ème R.I; Il a participé à la bataille de Tracy Le Val, l'offensive de Champagne, et à la terrible battaille du mont Renaud avec le 57ème R.I en Avril 1918. Il a eu une pathétique histore d'amour sur les villages de l'arrière avec une jeune fermière avant de subir une grave blessure, etc ...On ne ressort pas indemne d'un récit aussi prenant


4ème livre de Miguel Haler, Conte Fantastique : "Les mémoires d'un chat de gouttière"

Résumé : Qui n'a jamais rêver de se métamorphoser, de se changer en animal, le temps de déguster de nouvelles émotions? Caché sous l'anonymat,l'insignifiance apparente de cette autre peau, quel plaisir, que d'émotions en découvrant une autre réalité de la vie et peut être de celle de ses proches....


3ème livre de Miguel Haler : "Le Grand Voyage de LOA"

Résumé : Dès 8 ans. Une centaine d’images illustrent le Grand Voyage de Loa. Loa, un jeune rat, a perdu ceux qu'il aimait. Pour fuir l'existence sordide de ses semblables, il décide de partir au pays des écureuils, ses cousins. Au cours de ce grand voyage, il vivra des aventures haletantes, il connaîtra l'amitié, l'amour, la mort, le danger. Chaque animal rencontré, ami ou ennemi, est l'occasion d'une nouvelle expérience, d'un nouvel apprentissage. Le grand voyage de Loa est un véritable parcours initiatique écrit par Miguel Haler, à la naissance de son fils, il y a 25 ans. Cette volonté de transmission était un acte d’amour pour de ce jeune gitan envers son enfant, car son but n’était pas de se faire publier. À travers le voyage de Loa, il transmettait une leçon de vie, une leçon de sa vie à son fils. C’est le fruit d’une rencontre, 25 ans plus tard, qui a fait germer l’idée d’une publication.


2ème livre de Miguel Haler : "La route des Gitans"

Résumé : Dans une Pologne exsangue et dévastée par la guerre, une Allemagne en proie aux bombardements alliés, où la délation est monnaie courante, Sara la petite danseuse gitane et Franz le déserteur sont pourchassés par la Gestapo. Inspirée par des faits réels, La Route des Gitans est l’histoire de la rencontre improbable de deux mondes. C’est aussi l’histoire bouleversante d’une fuite éperdue et d’un amour tragique. Issu de la culture des Gens du voyage, Miguel Haler nous entraîne dans une époque déjà lointaine où les Gitans du nord de l’Europe parcouraient les routes dans des roulottes de bois tirées par des chevaux et nous livre, avec émotion, leur « presque » testament. Il existe peu de témoignage du Samudaripen « le Génocide oublié. » Celui des Tziganes et des Gitans qui fut perpétré par le régime nazi entre 1938 et 1945. Ce livre, hommage rendu aux Gens du voyage et acte de mémoire, nous en parle avec justesse et passion.


1er Livre de Miguel haler paru en 2005,
déjà 10 000 exemplaires vendus : "Le Guitariste Nomade"

Résumé :
Quatrième de couverture : Troubadour des temps modernes, Miguel Haler est né à la croisée de deux cultures, nomade par son grand-père maternel, sédentaire par son père.
A travers son livre, l’auteur retrace avec verve et truculence ses longues années de bohème et renouvelle avec bonheur le genre de « On the road ».
Dans un récit bouillonnant, où le cocasse côtoie le tragique, mêlant poésie vagabonde des gitans et accents populaires du monde ouvrier, Miguel Haler nous raconte comment il a décidé et réussi à ne vivre que de sa guitare.
« Le guitariste nomade » est la description d’une errance, d’une quête, d’un art de vivre avec une guitare, pour elle et par elle, comme le font certains gitans…
Péripéties vagabondes d’un homme pas très ordinaire qui croit à son destin en l’homme et qui nous dit comment rencontres, amitiés et amours l’ont amené à considérer à la fois la beauté et l’éphémère de l’existence.
Le guitariste nomade c’est tout simplement un récit de vie. Mais il ne faut pas lire ce livre comme un au revoir mais plutôt comme une célébration : la célébration de l’instant et, grâce à la considération du temps passé, des choses à venir. Miguel Haler, profondément marqué par la flamme gitane, a fait chanter sa guitare par-delà les frontières des pays et par delà-même la frontière entre la mort et la vie. En effet, après de nombreux spectacles il finit par jouer dans des maisons de retraites et des hôpitaux pour y faire office de « passeur d’âmes ». Cette expression est une des clefs du livre et elle en composera d’ailleurs ses derniers mots.
Miguel Haler nous livre ici un peu de sa vie de voyages et de musiques et nous fait profiter à nous aussi de son don de passeur en nous transportant vers d’autres horizons, sur les chemins la guitare sur le dos.

Mon avis :
Fervente lectrice de Kerouac et de la Beat Generation en général j’ai été très agréablement surprise de découvrir ce livre dans les rayonnages de ma librairie. Je l’ai lu avec enthousiasme sans être déçue à aucun moment.
L’écriture de Miguel Haler est sincère, parfois il écrit comme il parle ce qui ne manque pas de nous évoquer les traditions d’oralité des gitans dont la langue ne s’écrivait pas. Plus que cette affiliation, on ne peut s’empêcher de déceler dans le texte une vérité. Les chagrins, les pleurs, les amours, les joies on les perçoit et les imagine comme des expériences vécues. Le récit détient alors un pouvoir que lui confère sa valeur de témoignage.
 Il ne s’agit pas d’un roman, les personnages ont vécu et sont morts et quoique l’on fasse le résultat est le même. On aura beau tourner les pages en arrière, rien ne les fera revivre. Et nous, lecteurs anonymes derrière notre livre, on a aussi le sentiment d’avoir perdu de vieux amis même si on ne les a connus que le temps d’une lecture. Je reconnais ici toute la force du livre et salue l’auteur de l’avoir transmise à son ouvrage. Certains passages comme le choix du nom de scène m’ont fait rire aux éclats d’autres m’ont rendue nostalgique et d’autres encore m’ont fait verser des larmes. Autant d’émotions si bien retranscrites qui jalonnent la vie.
Mais plus que tout, j’ai retrouvé un vieux rêve que je n’ai jamais enterré, celui du voyage et de la liberté. J’ai retrouvé dans les pages du Guitariste nomade cette poésie du voyageur, cette petite voix qui te murmure un jour de mettre tes affaires sur ton dos et de partir sur les routes, à la façon gitane. Merci à Miguel Haler de réaffirmer qu’il est encore possible de vivre de sa plume, de sa peinture, de sa guitare. L’une des qualités de ce livre c’est d’avoir été écrit de nos jours, c’est ce qui fait toute sa portée car c'est un rêve que l'auteur a concrétisé! Quoiqu’il en soit, n’oubliez jamais que la vie ne tient qu’à un fil, qu’à une marche d’escalier qu’il ne faut pas rater alors apprenez aujourd’hui et pour toujours à faire de votre vie… votre plus belle œuvre d’art